FEMINISATION INTEGRALE


Féminisation Fétichisme pour homme femelle en mal de reconnaissance

Feminisation Fetichisme

 FEMINISATION FETICHISME TOTALS

TE TRAVESTIR !

Féminisation avec de jolis dessous sexy en dentelles ,

mini-jupes, top sexy, maquillage, pose de vernis à ongles.

Féminisation  avec rajout de longues et belles coiffures

très féminines, épilation à la cire de tout le corps et

surtout, scénarios ultra féministes et gynarchistes.

Feminisation Fetichisme Feminisation Fetichisme

Nous ferons de toi cette catin que nous seul pouvons voir en toi.   

Feminisation Fetichisme

Féminisation Fétichisme

Féminisation Fétichisme

TE VOIR NOUS VÉNÉRER !

Féminisation totale pour les soumis qui vénérent leurs Maitresse.

Fétichisme asservit  pour la grande Maitresse  Saddy.

Fétichisme des bottes , talons hauts, cuissardes.

Fétichisme des pieds.

Féminisation Fétichisme

Féminisation Fétichisme

A nos bottes tu ramperas, nos pieds tu adoreras

Féminisation Fétichisme

Féminisation Fétichisme

Fétichisme exacerbé !

Féminisation Fétichisme

Féminisation

L’admiration contemplative que les hommes ont pour les femmes les poussent parfois à se travestir pour leur ressembler, ou parfois la féminisation n’est autres qu’une dévirilisation humiliante

Les contemplations

Les femmes sont sur la terre Pour tout idéaliser ; L’univers est un mystère Que commente leur baiser.

C’est l’amour qui, pour ceinture, A l’onde et le firmament, Et dont toute la nature, N’est, au fond, que l’ornement.

Tout ce qui brille, offre à l’âme Son parfum ou sa couleur ; Si Dieu n’avait fait la femme, Il n’aurait pas fait la fleur.

À quoi bon vos étincelles, Bleus saphirs, sans les yeux doux ? Les diamants, sans les belles, Ne sont plus que des cailloux.

Et, dans les charmilles vertes, Les roses dorment debout, Et sont des bouches ouvertes Pour ne rien dire du tout.

Tout objet qui charme ou rêve Tient des femmes sa clarté ; La perle blanche, sans Eve, Sans toi, ma fière beauté,

Ressemblant, tout enlaidie, À mon amour qui te fuit, N’est plus que la maladie D’une bête dans la nuit.

Victor Hugo (1802-1885)